Pages

Ce blog n'est pas un livre construit mais un ensemble de touches d'émotions ou de réflexions nées de quelques années de parcours professionnel et amical dans trois pays du Sud essentiellement : Haïti, Congo RDC et le Sénégal. Vos commentaires sont bienvenus autour de ces textes sans prétention. Juste un partage pour aussi faire découvrir de belles histoires au Sud et des moins drôles. Et n'oubliez pas de cliquer sur "plus d'infos" pour voir la suite de chaque billet !

mardi 21 juin 2011

LA SOURCE AUX LAMENTINS : VRAI HAVRE DE PAIX AU SENEGAL

Extraordinaire, notre amie Anne Catherine Bey Senghor. Cette ancienne pharmacienne, descendante de Léopold Sédar Senghor a décidé d’investir dans son village. Elle vend tout à Dakar et crée un hôtel restaurant. Ce terme de lieu restaurant, si banal, si quelconque, n’est pas adapté pour décrire la réalisation d’Anne Catherine.
Anne Catherine, la créatrice de ce lieu magique
Je ne sais quels mots utiliser pour décrire la Source aux Lamentins. Lieu trop exceptionnel. Chambres d’hôte ? Campement ? Havre ? Escale ? Je ne trouverai pas le mot sauf de dire « Chez Anne Catherine ».
Cette dame dégage une aura, soutenue par son mari, Monsieur Bey. Anne Catherine ne parle pas trop. Elle accueille, elle dit simplement son projet, serre les dents quand la clientèle n’est pas suffisante tout en souriant.
Le concept de Source aux Lamentins est magnifique : un restaurant aux normes d’hygiène extraordinaire : une cuisine froid, une cuisine chaud, une « marche en avant » pour la gestion des produits alimentaires qui pourrait être validée par toutes les normes ISO. Les chambres sont simples mais bien pensées et surtout si propres, tellement propres ! La climatisation est là, de même que les chauffe-eaux solaires. D’accord, les rideaux me tombaient sur la tête quand je les ouvrais, lors de mon dernier séjour. Défaut de jeunesse qu’Anne Catherine admet bien. Puisqu’elle écoute, je suis sûr que c’est déjà corrigé !
Je suis venu avec un ami français au restaurant de Source aux Lamentins. Il m’a dit : »c’est la première fois que je mange aussi bien au Sénégal ! »  Il est vrai que le chef de cuisine, Pape, est prodigieux. Ma gourmandise a fait que, deux repas de suite dans la même journée, j’ai mangé du barracuda sur son lit de poireaux.
Le buffet en plein air du dimanche
Il faut dire qu’Anne Catherine choisit elle-même ses matières premières. Elle met un point d’honneur à acheter à la ferme école  agro biologique de Kaydara créée par Jardins d’Afrique (voir message précédent) des produits bio. C’est Jardins d’Afrique qui aménagera le parc de Source aux Lamentins.
Au restaurant, parfois, vous pourrez être surpris tout en ayant envie de vous taire : Anne Catherine diffuse des poèmes de Senghor. Force prenante d’une poésie nègre, une des premières connues, chantant la nature et la négritude, dans sa dignité.
Anne Catherine ne manque pas de projets : un parc de plantes médicinales, un élevage d’huîtres de palétuviers… Anne Catherine est engagée à fond dans le développement de son village, Djilor Djijack, dans le Saloum.
En attendant son offre, à prix raisonnables, est grandiose : il faut partager les buffets du dimanche : l’ambiance. Il faut voir les enfants jouer dans la piscine, spécialement conçue pour eux (les adultes peuvent se baigner dans la lagune, si propre !). Elle promeut le solaire, pour le chauffe eau dans les chambres, pour l’éclairage du domaine.
La piscine des enfants. Au fond : la lagune 
Et puis à la Source aux Lamentins il y a tout ce que la nature offre : la lagune, les oiseaux, les varans, le lever du soleil. Anne Catherine a donné, par son domaine, l’envie de profiter de cette nature. On ne s’ennuie pas à la Source aux Lamentins. Juste savoir partir avec les pêcheurs locaux pour voir les flamants roses ou pêcher dans les bolongs. Anne Catherine vous préparera les sandwiches et grillera vos poissons. 

Un lieu de repos où il fait bon vivre. A faire connaître.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire