Pages

Ce blog n'est pas un livre construit mais un ensemble de touches d'émotions ou de réflexions nées de quelques années de parcours professionnel et amical dans trois pays du Sud essentiellement : Haïti, Congo RDC et le Sénégal. Vos commentaires sont bienvenus autour de ces textes sans prétention. Juste un partage pour aussi faire découvrir de belles histoires au Sud et des moins drôles. Et n'oubliez pas de cliquer sur "plus d'infos" pour voir la suite de chaque billet !

lundi 8 août 2011

FAMINE DANS LA CORNE DE L'AFRIQUE : LA HONTE DU SYSTEME !

Des raisons objectives d'être indignés !
J'ai commencé ma carrière dans le développement en 1973 (Plus de trente ans!) sur des questions de famine massive au Niger qui a donné lieu à des grands mouvements migratoires des touaregs dans toute l'Afrique de l'Ouest. 
Touaregs du Sénégal
Il y a eu la grande famine dans la corne de l'Afrique en 1991! Et voilà que cela recommence dans la Corne de l'Afrique !!! Et encore, encore les famines massives : qu'est-ce qui ne tourne pas rond dans ce monde ?


Pas de chance : la solidarité internationale risque de ne pas marcher si on en croît les chiffres :
Donc pour douze millions de personnes en danger il faudrait 1,9 milliards de dollars pour les sauver. Malheureusement il semble qu'il reste 1,14 milliards de dollars à trouver. Et chaque jour des gens et des enfants meurent. 
Femme au travail (!!!) en Ethiopie
De toutes façons il faut se méfier des promesses énoncées par les politiciens.  On l'a bien vu en Haïti après le séisme : selon le site cyberpresse.ca on apprend que moins de la moitié des dons promis à Haïti lors d'une conférence des Nations unies en mars 2010 pour la période allant jusqu'à fin 2011 a été effectivement versée, selon des chiffres publiés par la Banque mondiale. Lors de cette conférence qui s'était tenue à New York, 55 donateurs avaient promis 4,58 milliards de dollars de financements sous forme de subventions à engager en 2010 et 2011 pour reconstruire Haïti, a rappelé la Banque mondiale dans un rapport sur le fonds qu'elle gère pour le pays.«Sur cette somme, à la date de juin 2011, les donateurs ont déboursé 1,74 milliard de dollars, ce qui représente 38% du total des fonds promis à Haïti pour 2010 et 2011», a indiqué l'institution.

Et pourtant si on compare les chiffres de l'aide nécessaire pour la Corne de l'Afrique (1,9 milliards de dollars) à d'autres chiffres, il y a de quoi avoir le vertige... et l'indignation
Bénéfice net de quelques grandes entreprises premier semestre 2011
Pas moyen de trouver un petit don pour les Ethiopiens et Somaliens ?
Nous retrouverons ces chiffres lorsque nous parlerons de la crise de "l'Euro". Un autre tableau comparatif est intéressant, celui de la dette publique de quelques pays occidentaux.
Nous parlons bien en milliards d'euros. la dette des Etats Unis (10 mille milliards d'euros !!!) n'est pas une mince affaire qui a bien financé quelques guerres étranges et étrangères. Y'a pas un petit quelque chose pour les Somaliens et Ethiopiens, pour ces douze millions de personnes ?

Le soutien à la Grèce (quelques 165 milliards d'euros) va coûter à la France 15 milliards d'euros (une paille !). Y'aurait pas un peu pour la corne de l'Afrique ?

J'allais oublier. Une mauvaise langue, gauchiste s'il en est (sic), la FAO, pointe comme cause principale de la famine la demande pour les agrocarburants et la surexploitation des sols (Le Monde du 3/8/11). L'article note : "C'est donc du côté des agrocarburants que se trouve la cause principale de la hausse de la demande. L'industrie des agrocarburants, basée dans les pays émergents comme dans les pays développés, absorbe 40 % du maïs produit aux Etats-Unis et les deux tiers des huiles végétales de l'UE. Ce développement spectaculaire a été rendu possible, souligne la FAO, par un soutien public massif sous formes de subventions, d'exonération de taxes et d'obligations d'achat, estimé à 5,6 milliards d'euros en Europe et aux Etats-Unis. En parallèle, le soutien à tous les autres secteurs agricoles s'amenuisait". 
De son côté Charlie Hebdo, sous le titre grinçant de "METTEZ UN SOMALIEN DANS VOTRE MOTEUR" cite l'exemple du Kenya : "L’exemple du Kenya est d’autant plus frappant qu’il est au cœur de la zone actuelle de grande famine. Le quotidien de Londres The Guardian du 2 juillet raconte comment un village de 427 âmes du delta du Tana a été détruit de fond en comble pour laisser la place à une plantation de canne à sucre destinée aux biocarburants européens. Très joyeux. On se croirait revenu au beau temps des colonies. Un témoin raconte «Ils nous ont dit que nous serions tous brûlés si nous ne partions pas […]. Aucun d’entre nous n’a compris pourquoi. » Aucun? Ces Africains sont vraiment de grands enfants. Et nos réservoirs, les gars? Dans L’Éthiopie voisine, pareil. Kuraz Sugar Project, compagnie d’État, est en train de vendre 150 000 hectares de terres fertiles dans La vallée de l’Omo, destinés aux biocarburants tirés de la canne à sucre. La compagnie italienne Fri-El Green, installée au sud de l’Omo, gère déjà 30 000 hectares de palmiers à huile, dans Le même but, comme le révèle l’association Survival".

Dis, papa, c'est quoi le développement ? Mon fils, après 30 ans dans cette galère je ne sais plus. Il y a pourtant des solutions, des milliers de solutions. Mais le profit, mon fils, tue tout, déséquilibre tout et écrase les hommes. C'est aussi ce qui va empirer dans les pays du Nord... Bientôt très bientôt...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire