Pages

Ce blog n'est pas un livre construit mais un ensemble de touches d'émotions ou de réflexions nées de quelques années de parcours professionnel et amical dans trois pays du Sud essentiellement : Haïti, Congo RDC et le Sénégal. Vos commentaires sont bienvenus autour de ces textes sans prétention. Juste un partage pour aussi faire découvrir de belles histoires au Sud et des moins drôles. Et n'oubliez pas de cliquer sur "plus d'infos" pour voir la suite de chaque billet !

dimanche 27 novembre 2016

FIDEL CASTRO ET MELENCHON

J'avoue ma trahison. Je n'ai pas écrit depuis si longtemps. Mon dernier post parlait de 100 000 pages lues alors qu'il y en a aujourd'hui plus de 260 000 !!! Je n'ai pas d'excuses mis à part celle d'un boulot prenant qui m'oblige à passer des heures sur l'ordinateur. J'ai beaucoup travaillé sur les plantes, surtout celles qui soignent les animaux et les autres plantes et, c'est promis, je vous reparlerai bientôt de ces plantes "magiques". J'ai matière à écrire, à essayer ces plantes car Haïti est vraiment le pays de la biodiversité.

Mais là n'est pas mon sujet de ce jour. Fidel Castro vient de mourir tandis que les communistes ont décidé de soutenir Jean-Luc Mélenchon, mon candidat depuis 5 ans !!! Cette double situation m'a inspiré ce billet, publié aussi sur Facebook. Je le reproduis, les fautes en moins ! J'ai eu le temps de relire et d'ajouter quelques photos !

FIDEL CASTRO ET JEAN-LUC MELENCHON

J'ai envie de les associer ce jour dans ce billet. Parce que des deux côtés il y a des détracteurs. Pas toujours de bonne foi, chantres de ce que raconte la presse dont on sait la nature.

Je suis effaré de certains commentaires sur Fidel Castro. Fidel : dictateur ? Belle leçon récitée. C'est oublier que pendant plus de 50 ans le pays le pays a vécu l'embargo des USA et que dans ces situations il y a des collabos. 



Tout a commencé bien tôt avec le débarquement de la baie des cochons en 1961, soit 2 ans après l'arrivée de la révolution cubaine. 1 400 exilés cubains recrutés et entraînés aux États-Unis par la CIA ont voulu envahir l’Île. Qui étaient-ils ? D'abord des latifundistes qui avaient accaparé les terres et qui n'acceptaient pas la réforme agraire de Fidel et de ses amis ! Ne peut-on croire qu'après cet événement gravissime, il n'y ait pas inquiétudes au sein de l'appareil d'Etat et vigilance pour se méfier de ce qu'en d'autres lieux et en d'autres temps on aurait appelé des COLLABOS..
Photo historique du débarquement de la baie des cochon, le 17 avril 1961
Salir la mémoire de Fidel, c'est faire fi de ses résultats dans la santé, dans l'éducation, dans l'alphabétisation, dans l'agriculture biologique. C'est surtout faire fi des solidarités internationales que Cuba a mis en oeuvre pendant des années vis à vis de peuples opprimés. En Haïti, les médecins cubains font un bien extraordinaire.
https://reporterre.net/Cuba-le-pays-ou-l-agroecologie-est-vraiment-appliquee  (A LIRE !)
MELENCHON aussi se fait descendre dans la presse mais aussi par des amis communistes, comme s'il était le fossoyeur de la gauche, le Tsipras potentiel, le libéral et social démocrate qui se cache. 



On lui reproche même de vouloir nous supprimer la viande et de devenir écolo à marche forcée. Mais n'a-t-il pas raison d'alerter quand on voit l'état de la planète. D'où j'habite, Haïti,  je sens bien les effets dramatiques des cyclones et des sécheresses.

Un des détracteurs bien repris par les merdias
MELENCHON n'est en rien comparable à Fidel puisqu'il ne lui arrive pas à la cheville. Le point commun est la mauvaise foi de certains gens de gauche vis à vis des deux hommes. Ces critiques de salon oublient une chose : l'homme providentiel n'existe pas. Ils construisent avec d'autres, ils entraînent des forces qui n'en peuvent plus du système. Cela s'est appelé la révolution cubaine. Cela s'appelle la France insoumise. Ce n'est pas affaire d'hommes mais de catalyseurs qui ont su entraîner des masses qui en ont marre de l'oppression, de la pauvreté et ces masses mèneront le combat. Sans faillir. En France il ne faut surtout pas oublier la contradiction principale et la contradiction secondaire. Une montée du nationalisme et du fascisme nous menace très fortement, loup déguisé en démocrate comme toujours dans l'histoire. Voilà la contradiction principale. Il faut d'ores et déjà créer le mouvement fort qui y résistera de même que le peuple cubain a résisté à une agression typiquement impérialiste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire