Pages

Ce blog n'est pas un livre construit mais un ensemble de touches d'émotions ou de réflexions nées de quelques années de parcours professionnel et amical dans trois pays du Sud essentiellement : Haïti, Congo RDC et le Sénégal. Vos commentaires sont bienvenus autour de ces textes sans prétention. Juste un partage pour aussi faire découvrir de belles histoires au Sud et des moins drôles. Et n'oubliez pas de cliquer sur "plus d'infos" pour voir la suite de chaque billet !

lundi 5 septembre 2011

CRISE 4. LA CRISE N'EST PAS POUR TOUS...

J'avais déjà parlé des bénéfices faramineux des grandes entreprises dans le billet sur la famine dans la corne de l'Afrique le 8 août dernier. Et on m'a copié en une de journaux !!!! Ce n'est pas beau ! (blague). Voilà donc que qu'on trouvait ces jours-ci à la une de deux journaux, en pleine crise financière.
Les Echos est un journal économique français lu plutôt par ceux qui ont de l'argent ! L'Humanité est le quotidien du Parti Communiste Français lu plutôt par ceux qui n'ont pas d'argent et veulent changer la société. 
La une des Echos du 1er septembre et celle de l'Humanité du 2 septembre
Donc, dans mon billet précédent, je n'avais pas menti ! Malgré la crise, ces entreprises (dont des banques et des compagnies automobiles qui ont été largement subventionnées par l'Etat français) qui composent le CAC 40 (l'indice des performances boursières en France) ont fait de tous jolis bénéfices au premier trimestre 2011.

Ensemble, les 38 (= 40 moins deux entreprises qui publient leurs résultats à une autre date) plus grosses entreprises françaises ont accumulé en bénéfices au premier trimestre 2011, la modique somme de 46,2 milliards d'euros. Je traduis en F CFA pour mes amis d'Afrique de l'Ouest (30 305 milliards de FCFA et 213 millions de FCFA) et en gourdes pour les amis haïtiens (2 604 milliards et 340 millions de gourdes) : cela fait beaucoup, n'est-ce pas ?

On croit rêver, sauf que ce n'est pas nous qui avons gagné ! Ces chiffres donnent le tournis. Pour en comprendre le poids, donnons encore quelques chiffres de comparaison :


- Plan d'austérité de la France qui pèse sur l'ensemble de la population : 11 milliards d'euros
- Part du plan d'austérité prélevé sur les grandes fortunes : 200 millions d'euros
- Budget du Sénégal : 2 030 milliards de francs Cfa (3,1 milliards d'euros soit 7 % des bénéfices du CAC 40)
- Budget Haïti : 88 Milliards de Gourdes (1,5 milliard d'euros soit 3% des bénéfices du CAC 40)
- Aide de la France pour la corne de l'Afrique : 30 millions d'euros (0,06 % des bénéfices du CAC 40)
- Engagement militaire de la France en Libye : 90 millions d'euros (source officielle, 22 juin 2011). Donc la facture continue de s'alourdir puisque Khadafi se promène toujours.


Que dire de ces chiffres sur les profits des grandes entreprises ?


Il manque des données complémentaires pour une bonne analyse notamment la part de ces profits qui sera réinvestie, et surtout où ils seront réinvestis !!! Toutefois, on peut constater que ce n'est pas un hasard si deux journaux de tendances aussi opposées font la une sur ces profits : les chiffres sont choquants pour l'ensemble des Français qui sont soumis à un plan d'austérité complexe qui va rogner sur les couvertures sociales, sur la consommation des ménages, sur les budgets des communes, de la culture etc. 

Il y a deux visions qui s'opposent : celle des marchés financiers qui sanctionnent à la bourse les entreprises françaises et la vision de ces dernières qui affichent de bons résultats et sont optimistes pour l'avenir. Où est la réalité ? La réalité est peut être que les chiffres de certaines entreprises, notamment les banques, sont gentiment améliorés pour faire plaisir aux actionnaires. Et les marchés financiers jouent... pour engranger plus tard des bénéfices sur des entreprises malmenées par les bourses.

Nous avons dit précédemment que le plan de rigueur du gouvernement Fillon va casser la croissance, ce qui est la pire des stratégies. Les entreprises ont les moyens d'investir et de relancer la croissance. Encore faut-il savoir où elles vont faire ces investissements si elles en font dans le contexte actuel.    


Détail de la une des Echos du jeudi 1er septembre
Le bénéfice de Total (pour les carburants) au premier trimestre 2011 était de 6,7 milliards d'euros (4 395 milliards de F CFA), (378 milliards de gourdes haïtiennes). BNP ("ma" banque) : 4,7 milliards d'euros (3 083 milliards de FCFA, 265 milliards de gourdes). Etc... La grande majorité des ces entreprises ont augmenté leurs bénéfices par rapport à 2010.  

La question est : Comment la croissance moyenne des bénéfices de ces entreprises par rapport à 2010 peut être de 7 %  alors que la croissance de la France était de 0,9 % au premier trimestre ? Il y a plusieurs réponses :
1. La plupart des grandes entreprises ont eu des stratégies de délocalisation pour aller grappiller dans la croissance des pays émergents ; 
2. Un certain nombre de ces entreprises ont reçu des cadeaux substantiels de l'Etat ;
3. Les banques françaises se sont faites des choux gras sur la dette des pays européens en difficultés ou sur les pays du Sud par la pratique insupportable des taux variables ;
4. Les entreprises continuent de profiter d'une répartition inégale de la rémunération entre le capital et le travail.


Dans le même temps le chômage augmente fortement. Dans une même entreprise les écarts de salaire peuvent aller de 1 à 400 ! L'institut national de la statistique indique qu'en 2009 il y avait 8,2 millions de pauvres en France contre 7,8 millions en 2008, soit une augmentation de 5%. Quel sera le nombre de pauvres en 2011 ? Et après le plan d'austérité concocté par la politique de Sarkozy ? Ce modèle de société n'est plus supportable car il est profondément injuste. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire